Love You Forgive Me

Auteure : Elodie François

M.E. : Harlequin

Résumé : 

Simon Brunet est nu dans la douche. Simon Brunet, son crush du collège – et accessoirement celui qui se moquait le plus d’elle –, est nu dans la douche de sa chambre d’hôtel. Ivy ne s’en remet pas. Si son regard de braise est toujours aussi perturbant, les tatouages et les muscles ciselés sont nouveaux. Et très dangereux. D’autant que Simon ne l’a pas du tout reconnue ; en même temps, pourquoi se souviendrait-il de la gamine qu'il prenait de haut quinze ans plus tôt ? Au fond, c’est mieux ainsi : elle va pouvoir profiter pleinement de la situation. Alors, quand l’hôtel leur confirme que c’est un problème de surbooking et qu’ils vont devoir partager une suite luxueuse pendant plusieurs jours, Ivy ne peut retenir un sourire : elle a bien l’intention de profiter de ce laps de temps pour tourner la situation à son avantage…


Nos avis :

Une belle découverte avec cette nouvelle romance d'Élodie. Cette auteure arrive toujours à me surprendre avec les romances contemporaines dès le début, elle arrive à me faire sourire avec cette rencontre fortuite et oui un homme tout nu dans sa douche ?

Bon ok, j'imagine  scène non je ne bave pas :-) Mais quand Ivy voit ce beau gosse, c'est waouh tout simplement, car elle le reconnaît, mais qui est il ?

Et là, on va découvrir que dans ce colloque d'entreprise rien ne va être facile pour elle. Oui lui c'était son crush au collège, mais pourquoi ? Et pourquoi lui ne la reconnaît pas. Tout simplement, car elle a changé et là commence vraiment l'histoire.

Cette intensité que nous met en place Elodie, car rien n'est facile dans la vie et surtout au collège car on se moque on fait des choses sans savoir vraiment les conséquences.

Quand sa boîte l'envoie en colloque, Ivy ne s'imaginait pas un instant rencontrer son passé. Elle plutôt introverti va devoir sortir de sa zone de confort sur conseils (pour ne pas dire ordre) de sa meilleure amie.

Mais lorsqu'elle apprend que sa suite sera une colocation suite à une erreur de l'hôtel qui est complet... autant dire que dés les premières pages on est plongée dans l'histoire et on hésite entre craquer ou se méfier du beau gosse torse nu qui abuse de sa plastique parfaite (ouais le genre de mec qui de prime abord fait imbu de sa personne, le je m'en foutiste car je sais que je plais...).

Mais c'est là aussi que l'on comprend que pour Ivy, ce n'est pas vraiment un beau gosse, mais plutôt un de ceux qui n'a pas laissé que de bons souvenirs de sa période scolaire.

Les actes sont complexes, une parole peut en dire plus long que mille actions. Ivy pour moi, c'est cette nana qui ne s'assume pas dans sa totalité, cette fille qui ne voit pas sa vraie valeur qui est toujours dans ce mépris qu'elle a connu plus jeune. Et oui, vous savez quand on est choisi en dernier en cours de sport les moqueries, les allusions, etc. Ce qui me prend aux tripes dans ce genre de choses, c'est le souvenir, l'émotion qui en découle et qui me fait mal.

Simon pour moi, je l'aime dès la première ligne non pas que pour la douche, mais ce personnage qui est propre sur lui comme on le croit, qui à sa façon s'est laissé embarqué avec les copains à aussi une responsabilité, mais vous allez voir au fil de l'eau que rien n'est acquis que le paraître est important. Pour moi, lui cache des fêlures cache des choses et son passé à des répercussions sur son présent et futur.


Ivy et Simon sont tous les deux plus complexes qu'on ne pourrait le croire.
On comprend que par le passé Ivy a eu des cicatrices, qu'elle les montre ou non en public. Elle a ses failles et lorsque Simon revient dans sa vie quotidienne, toutes ses blessures, tous ses silences remontent.
Elle nous montre que le harcèlement scolaire qu'elle a subi ne vient pas que des bourreaux, mais aussi des complices silencieux. Elle rappelle que la victime ne parle pas forcément de ce qui lui arrive bien au contraire et que même des années plus tard, cette révélation est compliquée à dévoiler.
D'autant plus que ceux qui voient, qui entendent, ne disent rien, ne bougent pas, suivent les autres. Serait-ce par peur de subir les mêmes railleries ?
A cet âge là les enfants sont cruels entre eux, mais sont surtout beaucoup plus marqués et la peur au ventre les rend immobile face à la cruauté de l'enfance que 2-3 personnes mettent en place.
C'est lorsque l'histoire avance, que l'on comprend les blessures de Simon, celles qui le rendent "inactif". 

Une telle rencontre ne nous laisse pas indemnes vraiment, car je ressens non pas de l'animosité, mais beaucoup d'émotions, je comprends les choses et j'évolue.

Notre auteure nous donne tellement de choses dans ce livre, elle nous parle d'amour, de reconstruction mais aussi de savoir s'aimer soi-même avec nos qualités et nos défauts.

Parfois, il y a des situations cocasses des quiproquos qui font que cette romance est addictive, forte et puissante. Rien n'est moralisateur, mais il nous donne des faits réels ceux que la vie n'est pas simple que chaque personnes jouent un rôle dans notre vie que ce soit positif ou négatif mais comment arriver à vivre avec tout cela.

J'ai découvert dans cette romance que le passé est puissant qu'il est là aussi pour nous forger et oui nous ne sommes pas dans un monde parfait.

Cette romance n'est pas commune, Elodie François a abordé plusieurs sujets sans pour autant nous faire une leçon.
Elle nous rappelle juste qu'il y a l'être, le paraître et le laisser-paraître.
Je me suis laissée prendre au piège sur l'un des thèmes, comme une personne qui a laissé son histoire prendre place et j'ai jugé Simon, mais en même temps il aurait mérité une bonne grosse claque à un moment (mais ça je pense que je ne serais pas la seule à vouloir lui mettre sur un passage bien précis lol). Mais j'ai fini par l'apprécier et me dire que j'aurai à un moment de ma vie, bien aimé avoir un Simon dans mon entourage.
Cette histoire est bien menée, notre auteure nous rappelle que dans la vie quelles que soient nos failles, nous avons aussi autour de nous des piliers.
Peu importe le passé, celui-ci ne doit pas empêcher d'avancer même si ce n'est pas toujours évident. 
Tous les sujets ont été abordés avec douceur, ce livre donne à réfléchir mais pas la réflexion qui empêche l'évasion, non bien au contraire, c'est l'évasion qui nous permet d'avancer.


Merci Elodie pour sa confiance pour ce beau service presse

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Elanora

What else ?

No Pain No Gain in love